Il faudra repartir

Il faudra repartir, même si les étapes sont belles…

Japon, Nagasaki

Poster un commentaire

Nagasaki, 5 août 2014.

Petite escapade d’une journée à Nagasaki [長崎市] depuis Fukuoka. Nous avions réservé une visite de l’île de Gunkanjima [端島] en arrivant – mais le Limited Express Kamome 787 en a décidé autrement, en mettant près de 4h pour faire un trajet prévu en 2h10! Un bien pour un mal, peut-être, qui nous a permis de nous concentrer sur cette ville charmante, au si lourd passé… La déception Gunkanjima oubliée devant une copieuse assiette de Champon [ちゃんぽん], nous commençons la visite de la ville par le quartier de Dejima [出島] en longeant le port au son des semi, pour rejoindre ensuite en tramway le terminus de Shokakuji-Shita. Sur les hauteurs de la ville se dressent nombre de temples et sanctuaires : on se limitera à deux, le Sofuku-Ji [崇福寺], splendide temple Zen aux couleurs rouges et à l’architecture chinoise, et le Tomeizan Kofuku-Ji [東明山興福寺], trésor national fondé en 1624…

En descendant vers la ville, nous traversons la rivière Nakashima-gawa et sa succession de ponts, dont le symbolique Meganebashi [眼鏡橋], en forme de lunettes avec son reflet dans l’eau, qui était le plus vieux pont en arches de pierres du Japon, datant quand même de 1634… Avant d’être détruit par des inondations en 1982 et d’être reconstruit avec les pierres retrouvées! Puis, d’un nouveau coup de tramway, nous remontons au nord de la ville, dans le quartier d’Urakami, épicentre du bombardement atomique du 9 août 1945. Le Mémorial de la Paix est surprenant, vaste bâtiment souterrain de béton et de verre, aux lumières tamisées, promenant lentement les visiteurs jusqu’à l’émouvante salle du souvenir, aux douze piliers de lumière.

A quelques centaines de mètres de là se trouve le Sanno-Jinja [山王神社]. Deux symboles : en haut d’une volée de marches, tout d’abord, l’unique pilier encore debout d’un torii, l’autre arraché par le souffle, et à l’entrée du sanctuaire, deux camphriers gigantesques, survivants de la bombe et toujours présents, de nouveau feuillus…

C’est difficile, le soir venu, de s’arracher au charme de cette petite ville… Nagasaki méritait certainement plus d’une journée pour se fondre dans ses rues, sur son port, et la découvrir plus en profondeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s