Il faudra repartir

Il faudra repartir, même si les étapes sont belles…


1 commentaire

Cimetière de bateaux : Quelmer

Le cimetière de bateaux de Quelmer – la Passagère se trouve sur la Rance, dans l’anse de Saint-Elier, en face de la petite île Chevret et à quelques encablures de Saint-Malo. Quelques vieilles coques plus ou moins bien conservées, certaines tellement décomposées qu’il n’en reste qu’un léger squelette, sont alignées sur la berge. D’autres, plus chanceuses, sont en rénovation dans le chantier naval tout proche…

Publicités


Poster un commentaire

Japon, Hiroshima

Hiroshima, 9 – 10 août 2014.

Nous devions arriver à Hiroshima [広島市] sous la pluie et le vent, avec les passages de deux typhons prévus pour ces jours-ci. Un peu plus à l’ouest, nombre de transports en bateau ou en train sont annulés ou retardés à cause de la météo. Les feux d’artifices prévus sur la côte sont reportés. Ici, quelques affiches préviennent les touristes que certaines visites n’auront pas lieu. Deux ou trois jours plus tôt, les images des commémorations du 6 août 1945 montraient les officiels en cape de pluie, sous des trombes d’eau. Pourtant, sur les deux jours que nous allons passer ici, nous ne verrons pas vraiment le mauvais temps : ciel dégagé, un peu plus de 30° au thermomètre, juste un peu de pluie la nuit tombée…

Nous commençons notre longue promenade dans le Parc du Mémorial de la Paix [広島平和記念公園] par le Dôme de la Bombe Atomique [原爆ドーム], qui, étant l’un des rares vestiges encore visible des bombardements, reste un témoignage fort et symbolique de l’histoire d’Hiroshima. Un peu plus loin dans cet immense parc, conçu par l’architecte japonais Kenzo Tange, se trouvent la flamme de la paix et le Musée du Mémorial. Une visite éprouvante, tant on y voit l’horreur et le cynisme de la guerre…

A la nuit tombée, le contraste est saisissant entre le calme et l’obscurité palpable du parc, et le dynamisme, la vie, les lumières, les couleurs des proches quartiers de Yagenbori et Nagarekawa. On retrouve un peu l’ambiance pleine de néons du Dotombori d’Osaka, la démesure en moins.

Le lendemain, nous allons nous promener dans le parc du Château d’Hiroshima [広島城]. Le parc est très agréable, la verdure apporte un peu d’ombre et de fraîcheur. Certains arbres sont des rescapés du bombardement, à nouveau verts, marqués comme symboles du renouveau. Le château est, lui, une reconstruction à l’identique datant des années 50, l’original n’ayant pas résisté…

Avant de reprendre la route et quitter Hiroshima, nous faisons une pause déjeuner dans un restaurant, Bakudanya. On y sert uniquement des tsukemen, l’une des spécialités locales, une variante de ramen : les nouilles sont servies à part avec un bouillon froid recouvert de graine de sésame, des crudités, et une sauce pimentée – au choix, sur une échelle de 0 (pour les enfants) à 20 (mission impossible). Une vraie découverte!

A la gare JR, dans l’après-midi, c’est l’effervescence : tous les shinkansen partant ou arrivant vers l’ouest sont retardés, annulés, à cause du typhon qui s’est déporté pendant la nuit vers Shikoku. Dans notre direction, Okayama, pas de problème : le Sakura 560 est à l’heure…


Poster un commentaire

Japon, Miyajima : le Daisho-In avant de partir

Avec le mauvais temps de la veille, nous n’avions fait que traverser en vitesse le temple Daisho-In [大聖院], en arrivant au pied du mont Misen [弥山]. Ce matin, il pleut toujours sur Miyajima, mais je veux tout de même faire cette visite avant de quitter l’île. Ce temple bouddhiste, fondé en 806 par Kobo-Daishi [弘法大師] – figure emblématique de l’histoire japonaise – est à voir absolument. La pluie, les nuages bas ajoutent un peu de mystère au lieu, les statues et les plantes suintent d’une humidité palpable, les cimes des montagnes environnantes se perdent dans un dégradé de gris…

Viendra ensuite le moment de prendre le ferry pour quitter Miyajima, et rejoindre Hiroshima.