Il faudra repartir

Il faudra repartir, même si les étapes sont belles…

Japon, Okayama : Naoshima

1 commentaire

Okayama, 10 – 13 août 2014.

D’Okayama [岡山市], pour rejoindre l’île de Naoshima [直島], il faut tout d’abord se rendre au port d’Uno en train, puis embarquer sur un ferry pour rejoindre Miyanowa, le terminal. Comme passagers, des touristes bien sûr, c’est une destination prisée, mais aussi beaucoup de jeunes japonais équipés pour la plage… Nous le verrons plus tard, il y a sur l’île quelques spots qui attirent du monde!

Une fois arrivés, nous voulons louer des vélos, mais tout le stock est soit déjà parti, soit réservé – tant pis, nous ferons le trajet en marchant. Il nous faut ainsi une petite demi-heure sur une route agréable, boisée, pour traverser l’île et rejoindre Honmura. Là, nous attaquons le Art House Project, six résidences d’artistes installés dans des maisons traditionnelles, réparties un peu partout dans la ville. Heureusement les distances sont courtes! Sur les cinq que nous avons pu visiter, l’une (Gokaisho, s’il faut un nom) illustre parfaitement la frontière ténue qui sépare parfois l’art contemporain du foutage de gueule, les quatre autres sont plutôt intéressantes (comme le Go’o Shrine, avec sa plongée dans un couloir au noir plus que profond), la sixième, Minamidera – celle, attendue, de Tadao Ando [安藤 忠雄], est prise d’assaut et l’attente est trop longue pour nous… Ceci dit, aller de l’une à l’autre, revenir, c’est un bon moyen de découvrir les jolies ruelles de la ville!

Après un déjeuner frugal – un sandwich et une bonne glace au « kurogoma », le sésame noir, nous reprenons la route vers la troisième partie de l’île : le Benesse Art Site. En chemin, belle vue sur la mer intérieure. Et à l’arrivée sur le site, c’est la « pumpkin » de Yayoi Kusama [(草間 彌生] qui nous attend, ses pois brillant au soleil. Comme à Miyajima, il faut faire la queue pour la photo sur la jetée, mais qu’importe! A quelques pas de là, c’est la fraîcheur du Benesse House Museum qui nous attire : le splendide bâtiment de béton, conçu par Tadao Ando, encore lui, est tout simple, et tout simplement splendide. Incontournable, il en occulte presque son contenu, les œuvres d’art qu’il abrite – et pourtant, que de belles pièces!

Le chemin du retour, longeant les étendues de sable et les falaises jusqu’au port, est tout aussi agréable : le soleil se fait plus doux, la vue sur la mer intérieure est magnifique. Les plages, la chaleur et la mer donnent envie de se baigner… Envie qui passe rapidement quand on voit le nombre de cargos qui passent, et surtout le flot de méduses échouées, ou flottant entre deux eaux! Ensuite, ce sera le ferry à Miyanowa, le train pour Okayama… Naoshima mériterait qu’on y passe plus de temps, bien sûr, pour  voir les autres musées et flâner ici ou là. Une autre fois, peut-être.

Publicités

Une réflexion sur “Japon, Okayama : Naoshima

  1. Pingback: Tsukubai | pics from somewhere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s