Il faudra repartir

Il faudra repartir, même si les étapes sont belles…


1 commentaire

Japon, Miyajima : sur le Mont Misen

Tout avait pourtant bien commencé pour ce séjour à Miyajima [宮島], avec une arrivée sous le soleil. Malheureusement, le deuxième jour, le temps s’est gâté! Nous avions prévu ce jour-là de faire une longue promenade sur le Mont Misen [弥山], le point culminant – 535 mètres – de l’île. Au début, pas de problème : marche d’approche et montée en téléphérique sous un ciel couvert, mais rien de bien menaçant. La pluie a commencé à tomber – fine, tout d’abord, puis de plus en plus drue au fil des heures – au moment où nous sommes sortis du téléphérique… Autant dire que la marche jusqu’au Daisho-In, au pied du Mont Misen, n’a pas été des plus agréables!

Mais pas de regrets, la ballade, la forêt, la vue sur la mer intérieure, les rochers qui émergent de la brume, les temples et sanctuaires qui apparaissent aux détours du chemin comme autant de refuges, les regards curieux des daims, les rivières qui se jettent en cascades valent bien plus que quelques gouttes et des vêtements trempés!

Publicités


3 Commentaires

Japon, Miyajima : le rouge d’Itsukushima

Miyajima, 7 – 9 août 2014.

En arrivant en ferry sur l’île de Miyajima [宮島] depuis Miyajimaguchi [宮島口], c’est bien sûr le sanctuaire d’un rouge vermillon, Itsukuhima-Jinja [厳島神社], qui semble reposer sur les flots, et ce célèbre torii « flottant », tant de fois imaginé, que l’on veut voir, que l’on voit en premier. Se promener dans le sanctuaire, sur le bord de mer alentour, et dans les ruelles de Miyajima-Cho [宮島町], est plus qu’agréable – malgré les daims, aussi peu farouches que ceux de Nara, toujours prêts à fouiller dans les poches ou à arracher des mains avec leur museau tout ce qui peut se manger (et parfois même le reste…).

A la fin de la première journée, le coucher de soleil sur la mer intérieure, avec le torii en toile de fond, restera l’un des plus beaux souvenirs de ce voyage au Japon. A la nuit tombée, alors que l’île se retrouve désertée par la plupart des touristes, nous dînons -très bien- dans le seul izakaya [居酒屋] ouvert tard le soir, Mame-Tanuki [まめたぬき]. Le retour au ryokan se fait de nuit, en longeant encore une fois la mer : le spectacle est différent, le sanctuaire et la torii sont magnifiquement éclairés.

Le lendemain ne sera malheureusement pas aussi beau, la pluie venant s’occuper de nous tremper des pieds à la tête pendant la randonnée sur le Mont Misen…